mercredi 26 novembre 2008

Diversité culturelle

Chronique du vendredi 21 novembre 2008

Aujourd’hui le CNRS lance les 24 heures de la diversité culturelle, parce que "La diversité culturelle est un enjeu politique mondial", explique le directeur à l'origine de cette initiative. "Plus il y a de mondialisation, plus il y a une standardisation ; or, les peuples ne veulent pas abandonner leur identité culturelle, poursuit-il. On n'aura jamais plus de pays homogènes culturellement. Il faut donc un minimum de tolérance et de représentativité."

Nous sommes là devant une reconnaissance magnifique de la différence.

Mais nous sommes également en droit de nous poser la question : quel est ce type de tolérance que nous recherchons ? Une tolérance de façade ? Une tolérance aveugle ? Une tolérance hypocrite, juste pour faire joli ?

Moi je pense que nous voilà devant un défi majeur de la société actuelle. D’un côté nous vivons dans un monde ouvert, avec des distances réduites, une circulation et un accès à l’information allant à la vitesse de la lumière. Mais d’un autre côté, les clivages de la société se sont accrus et nous ne sommes même pas capables de nous intéresser à la culture de notre voisin sans un apriori négatif.

Ce qui donne pour résultat : un monde ouvert avec des sociétés fermées !

Quelle est la solution ? Comment s'ouvrir à l’autre ? Comment lui permettre de découvrir ce qui se cache derrière mon uniforme ?

Je pense qu’il faut permettre à l’autre de découvrir, par l’enseignement positif. Je crois à l’ouverture sur le monde. Ce qui signifie pour moi, que la pratique et les actes de notre culture doivent être expliqués, enseignés et partagés pour le plus grand nombre afin de permettre à chacun de se rapprocher intellectuellement de cette culture.

Vous l’avez compris, je suis partisan d’un Judaïsme ouvert, pédagogue et sans complexe !

L’époque du juif à la maison est aujourd’hui contre-productive, cela éveille la suspicion et ne créer pas de lien sociétal. Or de nos jours, ces liens sont essentiels à la compréhension et l’acceptation de l’autre.

 J’y crois et je suis convaincu qu’à terme, ce n’est pas uniquement une tolérance superficielle qui sera atteinte, mais bien plus que cela, ce seront le respect de l’autre et son intégration dans le paysage de notre cité.

Quelle ambition ! Bonne journée et n’oubliez pas que Chabbat commence à Strasbourg à 16h25. Chabbat Chalom !